Ce matin j’étais à Montreuil pour visiter un établissement de psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent inauguré cet été. 4 centres médico-pédagogiques ont été fusionnés afin d’améliorer l’offre de soin dans la zone sud de la Seine-Saint-Denis en rassemblant en un seul lieu les spécialistes nécessaires au suivi de jeunes. Des spécialistes en nombre insuffisant en Seine-Saint-Denis malgré la progression des besoins.

Le personnel présent a ainsi pu évoquer les difficultés de recrutement avec des professions médicales et paramédicales en manque d’attractivité, notamment à cause de faibles salaires dans le secteur public. Plus globalement, la Seine-Saint-Denis subit encore les effets d’un sous-investissement chronique de l’État dans le médico-social. Sous-investissement qui se confirme dans les mesures du prochain projet de loi de financement de la sécurité sociale contre lequel nous nous battons.