Extrait du discours prononcé par l’Empereur d’Ethiopie Hailé Sélassié Ier à l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies à New York, le 6 octobre 1963 :

«  Tant que la philosophie qui fait la distinction entre une race supérieure et une autre inférieure ne sera pas finalement et pour toujours discréditée et abandonnée ; tant qu’il y aura encore dans certaines nations des citoyens de première et de seconde classe ; tant que la couleur de la peau d’un homme n’aura pas plus de signification que la couleur de ses yeux ; tant que les droits fondamentaux de l’homme ne seront pas également garantis à tous sans distinction de race ; Jusqu’à ce jour le rêve d’une paix durable, d’une citoyenneté mondiale et d’une règle de moralité internationale, ne restera qu’une illusion fugitive que l’on poursuit sans jamais l’atteindre. Et tant que les régimes ignobles et sinistres qui tiennent en esclavage nos frères en Angola, Mozambique et Afrique du Sud n’auront pas été renversés et détruits ; et tant que le fanatisme, les préjugés, la malveillance et les intérêts personnels n’auront pas été remplacés par la compréhension, la tolérance et la bonne volonté ; tant que tous les Africains ne pourront pas se lever et s’exprimer comme des êtres humains libres, égaux aux yeux de tous les hommes comme ils le sont aux yeux de Dieu ; jusqu’à ce jour, le continent africain ne connaîtra pas la paix. »

(A lire ici : http://www.jahmusik.net/rastawar.htm)

Le règne d’Hailé Sélassié est politiquement contestable, mais ce discours est incontestablement fort pour tout militant de la paix, de la lutte contre le racisme et le colonialisme, et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Que toutes celles et ceux qui oublient ou font mine d’oublier que ce sont les questions essentielles aujourd’hui en Palestine cessent de disqualifier celles et ceux qui à gauche, le rappellent inlassablement.

PEACE