Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, était en déplacement à Saint-Ouen ce vendredi 6 novembre. Il a rencontré l’ensemble des acteurs qui luttent au quotidien contre le trafic de drogue sur cette zone de sécurité prioritaire et présenté un nouveau plan d’action.


Dès sa création le 1er septembre 2012, un objectif unique a été assigné à la zone de sécurité prioritaires (ZSP) de Saint-Ouen : la lutte contre le trafic de stupéfiants.

Depuis, de nombreuses actions ont été mises en oeuvre. Le ministre de l’Intérieur avait ainsi annoncé un premier plan d’action au printemps, dont il a fait le bilan. En 6 mois, 1 316 personnes ont été interpellées, dont 123 ont été déférées devant la justice et 30 écrouées. Quelque 881 des interpellés l’ont été pour infraction à la législation sur les stupéfiants, dont 732 acheteurs, 94 vendeurs et 29 guetteurs. Le plan d’action concerne en effet l’ensemble des acteurs : acheteurs, rabatteurs, guetteurs, vendeurs et organisateurs.

Ce plan d’action contre le trafic de stupéfiants sur la zone de sécurité prioritaire de Saint-Ouen s’articule autour de 5 axes principaux :

1. Une occupation massive de la voie publique

  • Pour désorganiser les acteurs du trafic et dissuader les acheteurs
  • Pour augmenter les contrôles routiers ciblés sur les 2 roues
  • Pour mener une action spécifique à l’intérieur des stations de métro du secteur

2. Des investigations judiciaires systématiques impliquant davantage les services spécialisés

  • Renforcement de la coopération entre services
  • Utilisation massive de la procédure de transaction douanière avec paiement immédiat des sommes dues (y compris pour les mineurs dont les parents devront payer)

3. Le renforcement des moyens techniques de surveillance et d’investigation

Mobilisation et mise à disposition des enquêteurs des moyens techniques de la préfecture de Police

4. La généralisation des investigations patrimoniales

  • Ouverture d’enquêtes patrimoniales systématiques sur les individus ou les personnes morales dont les ressources sont alimentées par le trafic
  • Mise en oeuvre d’actions spécifiques sur les commerces suspects et mesures de fermetures administratives en cas de non respect de la réglementation

5. La mise en place de mesures de prévention situationnelle

  • Aide à la mairie de Saint-Ouen pour poursuivre l’installation de son réseau de vidéoprotection urbaine
  • Assistance aux bailleurs sociaux et privés pour proposer des aménagements urbains destinés à empêcher la prolifération des trafics.

Vous pouvez retrouver ici l’intervention du Ministre : Premier bilan de l’action menée contre les trafics de stupéfiants