Les élus socialistes et républicains vont profiter de la séance plénière du Conseil régional d’Île-de-France des 19 et 20 juin pour demander à Jean-Paul Huchon de plaider auprès du Ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue Social pour la reprise du dialogue social, une meilleure concertation entre les parties concernées et la renégociation des annexes 8 et 10 de la Convention UNEDIC.

« Si la Région d’Île-de-France est devenu un acteur public incontournable du cinéma, des arts de la rue ou des musiques actuelles, c’est d’abord parce que la culture est un formidable vecteur d’émancipation et d’épanouissement que nous socialistes franciliens voulons préserver. C’est aussi parce que l’emploi culturel est essentiel à l’Île-de-France qui concentre 45 % des postes des industries créatives, la moitié des intermittents du spectacle et un tiers des compagnies de théâtre et de danse de France.

La culture représente 5,5% de l’emploi francilien !» rappelle Guillaume Balas, président du groupe socialiste et républicain.
 
« Cette économie est essentielle pour notre territoire et ne peut être traitée sans égard, ajoute Jérôme Impellizzieri, Conseiller régional PSR et spécialiste des questions culturelles.

C’est la raison pour laquelle nous considérons plus que jamais urgent et nécessaire qu’une initiative forte soit rapidement prise afin de préserver le régime spécifique d’assurance chômage des intermittents du spectacle.
 
En conséquence, l’Assemblée régionale réunie en séance plénière les 19 et 20 Juin 2014 demande une intervention écrite du Président du Conseil régional à l’attention du Ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue Social demandant :

– La mise en place d’une véritable concertation et d’un dialogue social associant l’ensemble des acteurs culturels qu’ils soient employeurs ou salariés ainsi que l’ensemble des partenaires syndicaux et des collectifs ;

– La prise en compte du travail réalisé par les commissions parlementaires  et validé par les représentants des intermittents;

- La renégociation des annexes 8 et 10 permettant que le régime spécifique d’assurance chômage des intermittents du spectacle soit réformé avec le double objectif de le rendre plus équitable et par là même d’en réduire le déficit. »