Sélectionner une page
 

Avec une trentaine d’élus insoumis de la Seine-Saint-Denis, députés, vices-présidents du Conseil départemental, élus municipaux et territoriaux, nous alertons sur la situation sanitaire en Seine-Saint-Denis. Nous nous adressons dans une lettre ouverte au premier ministre, au ministre de la santé et au directeur de l’Agence Régionale de Santé d’Île-de-France, pour exiger une véritable stratégie sanitaire pour faire face à la pandémie.

Le département, déjà lourdement touché par la première vague de Covid-19, voit sa situation sanitaire encore se dégrader sous l’effet de la deuxième vague de coronavirus. Notre département est celui où la hausse du nombre de morts est la plus forte depuis septembre. Et nous n’avons pas de visibilité claire sur la stratégie sanitaire qui est mise en œuvre : matériel de protection, stratégie tester-tracer-isoler, transfert de patients, véritable protocole sanitaire dans les établissements scolaires.

Cette alerte prend la suite d’une longue liste d’alertes. Bien avant la pandémie, nous avions alerté sur l’absence de capacités sanitaires dans notre départementAu printemps, nous avions demandé que celui-ci soit un département pilote dans la lutte contre le COVID-19. A l’automne encore, voyant venir la 2ème vague, nous avons tiré la sonnette d’alarme. Résultat : aucune réponse de l’Etat !

Les faits sont pourtant simples, et connus de tous : La situation sanitaire en Seine-Saint-Denis est mauvaise, parce que sa population cumule les facteurs d’exposition à la contamination : métiers qui ne peuvent être télé-travaillés, foyers plus peuplés dans des espaces plus restreints, prévalence de maladies aggravant les effets du Covid-19, etc. La situation est mauvaise parce que face à cette situation, le département manque d’infrastructures médicales.

Cette inégalité face à la maladie est inadmissible : la Seine-Saint-Denis doit cesser d’être un désert médical, et recevoir d’urgence des moyens de soigner sa population. Il faut planifier dès à présent le déconfinement et le réarmement sanitaire du département, afin de prévenir toute reprise épidémique. A plus long terme, la situation sanitaire de la Seine-Saint-Denis doit être améliorée afin que le département cesse d’être un désert médical urbain.

Nous exigeons de l’État qu’il cesse d’ignorer les besoins de notre département, et mette enfin en œuvre une stratégie sanitaire claire et les moyens adaptés.

Lire la lettre ouverte ⬇️