Je viens d’écouter Emmanuel Macron. Ce qui me gêne, c’est ce qu’il dit (et ne dit pas) des freins à la « transformation de notre société ». Le système politique, mais rien de tranchant sur le système économique et social. C’est un peu court pour se distinguer dans le cadre de l’élection présidentielle…
De même s’agissant de la « révolution démocratique », je partage cette nécessité mais franchement cette possibilité de l’incarner politiquement aux yeux de l’opinion est donnée à qui? Et bien à des hommes comme Emmanuel Macron à qui on a donné les clés de l’exercice du pouvoir plutôt qu’à vous non? Force est de constater qu’il n’a pas subi de discriminations de la part de François Hollande et de la caste politique qu’il fustige ! De fait, dans le Landerneau socialiste, « basher » ce que l’on a créé ne sert à rien.
En tout état de cause, cela va être compliqué pour lui de surfer plusieurs mois sur la « fraîcheur », parce qu’il n’est pas du courant « apparatchik » au sein de l’oligarchie française. Il n’en reste pas moins issu d’un autre courant de l’oligarchie tout en se rêvant « homme providentiel ». Je ne reviens pas sur son profil, cela devient presque un running gag.
Donc autant mettre fin à cette posture visant à justifier ses ambitions. Le storytelling sur l’incarnation, nous y avons eu droit ad nauseam, avec en plus des média tout émoustillés.
Maintenant qu’il est candidat, qu’il présente un projet qui explicite clairement à quelle « libération des énergies » il pense, au-delà du seul laisser faire que je distingue pour l’instant. Je n’arrive toujours pas à comprendre son histoire de libéralisme égalitaire (c’est mon interprétation forcément subjective). J’aurais bien aimé qu’il clarifie cela dans le cadre de la primaire. Tant pis!